CHAPELLE DES HOSPITALIERS DU SAINT ESPRIT DE MONTPELLIER

Place Saint Michel

16500 CONFOLENS

    Description

    Cette chapelle est accessible extérieurement toute l'année mais uniquement sur rendez-vous pour pour les groupes qui veulent visiter l'intérieur

    est l'une des très rares de l'ordre du Saint-Esprit subsistant en France.

    La commanderie comportait un hospice pour les pauvres.

    L'ancienne chapelle du Saint-Esprit a été inscrite aux MH par arrêté du 1er décembre 1969.

    Ouvert toute l'année

    Infos pratiques

    Descriptif détaillé
    • Français : Historique Commentaire historique : La date de la fondation de la chapelle du Saint-Esprit n'est pas connue avec précision. Son portail est très proche de celui de l'église Saint-Maxime et pourrait dater du début du XIIIe siècle. La commanderie est citée dans plusieurs actes du XVIe siècle. En 1656, une confrérie des pénitents blancs est créée à Confolens : elle s'installe dans la commanderie avant de partir à la chapelle Notre-Dame-de-Châteauvieux. Louis XIV supprima l'ordre du Saint-Esprit par un édit de 1692. L'établissement de Confolens disparut à l'aube du XVIIIe siècle et fut ensuite vendu comme bien national, propriété de la ville. Cette chapelle est l'une des très rares de l'ordre du Saint-Esprit subsistant en France. En 1720, la chapelle est en mauvais état et a perdu un quart de sa voûte. La commanderie comportait un hospice pour les pauvres avant la création de l'hôpital (à l'emplacement de l'actuel hôtel des impôts), auquel elle est réunie en 1781. En 1795, elle est vendue comme bien national. En 1896, l'ancienne chapelle est vendue par la ville à Mme Loew, dont la brasserie était située en contre-bas le long du Goire. Lors des restaurations récentes, dans les années 1990, des bâtiments adossés au nord et à l'est ont été détruits. Datation(s) principale(s) : 13e siècle ; 14e siècle Remploi : remploi Description Commentaire descriptif : La chapelle de la Commanderie, strictement orientée, est située à l'extérieur de la ville, en marge de l'ancienne paroisse Saint-Michel, non loin de cette église. Un bâtiment (sur l'actuelle parcelle AE 300, étudié par ailleurs) et un hospice dépendaient de cette chapelle. Elle est de plan rectangulaire avec une chapelle latérale adossée sur le mur nord, vers le chevet. Le portail est situé sur l'élévation occidentale qui est construite en appareil de pierre de taille en granite. Ce mur pignon est polygonal à trois pans. Le portail de style limousin, en arc brisé, est constitué de trois voussures ornées de boudins, de gorges et de bandeaux, surmontées d'une petite corniche moulurée. Ces arcs reposent sur des colonnes surmontées de chapiteaux ornés de crochets. A droite du portail se trouve une niche à couverture trilobée. Au-dessus du portail, une fenêtre ébrasée étroite est couverte d'un bloc monolithe en plein cintre. L'élévation sud est construite en grand appareil sur moins d'un mètre vers l'ouest, en moellons sur le reste du mur. Un contrefort plat se trouve vers le tiers oriental de l'élévation, un autre complètement à l'est, soutenant un mur ajouté postérieurement à la chapelle. Le choeur est éclairé par une fenêtre en arc brisé, mais lors des travaux de restauration des années 1990 a été trouvée une fenêtre couverte d'un arc en plein cintre très similaire à celui de la baie de l'entrée. Des bâtiments ont été adossés à la chapelle, vers l'est et le nord. Ils ont été partiellement détruits lors des travaux de restauration mais ne permettent pas une bonne lecture de l'édifice. La chapelle nord a été construite en moellons, sauf son mur occidental et la partie droite de son mur nord, qui sont en grand appareil. Cette chapelle latérale est éclairée sur le mur nord par une fenêtre en arc brisé avec réseau gothique en calcaire. A l'intérieur, les voûtes d'arrête s'appuient sur des culots dont certains sont ornés, tout comme les clefs de voûte. Certains représentent des têtes humaines ou des personnages, d'autres des feuilles de chêne. La partie orientale, où se trouvait le choeur, a été transformée en grange et est séparée de la chapelle par une cloison. Un hagioscope permettait une vue sur ce choeur depuis la chapelle latérale nord. Plusieurs tombes, dont certaines de commandeurs, sont conservées dans la chapelle. Certaines pierres tombales ont été détruites, fragmentées et remployées dans le dallage. Lors des travaux de restauration des années 1990, des peintures murales ont été mises au jour sur l'élévation orientale de la chapelle nord. Matériau(x) de gros-oeuvre et mise en oeuvre : enduit partiel ; moellon ; granite ; pierre de taille Matériau(x) de couverture : tuile creuse Parti de plan : plan allongé Type de la couverture : toit à longs pans Technique du décor : sculpture Représentation : armoiries ; crochet ; feuille ; chêne ; tête humaine Précision sur la représentation : Décor de feuille de chêne, têtes humaines sur les culots des arrêtes des voûtes d'ogive. Intérêt de l'oeuvre Date(s) et nature de la protection MH : 1969/12/01 : inscrit MH Précisions sur la protection : Chapelle du Saint-Esprit (ancienne) (cad. B 43) : inscription par arrêté du 1er décembre 1969.
    Type de Sites et monuments
    • Chapelle
    Chaines, Labels et agréments
    • Classé ou inscrit à l'inventaire supplémentaire (ISMH)
    Langue de documentation
    • Français
    Géolocalisation
    • Longitude : 0.675537506667979

      Latitude : 46.010276222853946

    Gratuité
    • Gratuit : oui
    Adhérents Pays d'Angoulême
    • Non
    Adhérents OT pays Sud-Charente 2016
    • Non
    Adhérents Pays Ruffécois
    • Non
    Adhérer à l'office de tourisme du Rouillacais pour l'année 2017
    • non
    Petites Cités de Caractère
    • Oui

    notre sélection A proximité

      Suivez-nous